Site Overlay

Le jour des morts au Mexique – la calavera

Le mot « calavera », qui se traduit par « crâne » en espagnol, a une connotation bien plus profonde au Mexique. Au Mexique, les squelettes sont représentés dans l’art depuis longtemps. En espagnol, le mot « calaveras » fait référence aux crânes et aux squelettes. Contrairement à Halloween, Dia De Los Muertos n’est pas une célébration des morts liée à cette fête de plus en plus séculaire.

Pour commémorer le jour des morts, les Mexicains se peignent le visage pour ressembler à des crânes aux détails exquis. Les ancêtres qui sont décédés sont célébrés avec des crânes peints sur le visage pour rappeler la nécessité de la mort ainsi que sa beauté. Les femmes mexicaines qui se peignent le visage en forme de crâne sont surnommées « La Catrina ».

Jose Guadalupe Posada a commencé à produire des gravures et des eaux-fortes pour des journaux grand format à la fin des années 1800 et au début des années 1900. Calaveras, le nom qu’il a donné à ses gravures de squelettes effectuant des tâches banales, existe toujours aujourd’hui.

L’importance de la Journée des morts – Calaveras

Posada a été le premier à représenter des squelettes dans des vêtements modernes, et ses œuvres ont rapidement fait partie intégrante des représentations de la vie quotidienne dans le Mexique aisé. Auparavant, les Calaveras étaient des servantes habillées de vêtements de seconde main. Au Mexique, la mort est souvent représentée sous les traits d’une femme, et les gravures de calaveras représentant des dames étaient courantes (la Muerte). Il existe des bijoux skull féminin qui représentent ces gravures.

La gravure la plus célèbre de Posadas représente La Calavera Catrina, une héroïne folklorique mexicaine qui symbolise le jour des morts. Le rêve de Rivera d’un dimanche après-midi le long de Central Almeda a inspiré le nom de La Calavera Catrina.

Les dimanches après-midi, je rêvais que je me promenais dans Central Alamo, et j’ai été inspiré pour peindre cette œuvre d’art.

Parmi les personnages historiques représentés sur la fresque figurent Posada, Fridka Kahlo, et même l’artiste lui-même. On dit que Rivera a peint Calavera de cette façon pour montrer que la mort est quelque chose qui touche tout le monde, riches ou pauvres. La dictature de Porfirio Diaz, qui a surmonté la brutalité et la corruption des régimes précédents pour moderniser le Mexique, a des liens avec la culture de La Calavera Catrina.

Pour cette raison, la Catrina a été utilisée comme un symbole de la division des classes. Une école de pensée soutient que nous ne sommes tous qu’une bande de squelettes, et que les riches n’ont rien sur nous. Les classes et les richesses dans une société qui changeait rapidement étaient également vues sous un nouveau jour. En conséquence, les représentations de La Catrina et d’autres squelettes sont devenues un type d’art populaire au Mexique.

Selon l’endroit où vous vivez au Mexique, le terme « camelavera » peut désigner l’une des trois choses suivantes. On peut trouver des crânes en sucre de toutes formes et de toutes tailles lors de la célébration annuelle de Los Dias de los Muertos. Formées à l’origine de sucre, elles se retrouvent aujourd’hui dans une grande variété de sucreries, du chocolat aux décorations de biscuits. Les bougies Calavera utilisées pour décorer les tombes des membres de la famille décédés porteront également des crânes Dia de los Muertos. Ne consommez pas les paillettes, cristaux et autres embellissements non comestibles de ces bonbons en forme de crâne en sucre.

 

Les poèmes appelés calaveras contiennent parfois des blagues sur des politiciens, des célébrités ou même des membres de sa propre famille. Enfin, vous pouvez trouver des calaveras sur tout, des t-shirts aux vêtements de marque, des peintures murales et des tatouages aux magnifiques peintures et sculptures huichol.

Les tatouages modernes de crânes en sucre sont populaires pour de nombreuses raisons, notamment pour commémorer un être cher ou simplement pour exprimer son côté artistique. Dans tous les cas, il y a plusieurs significations à trouver dans ces fleurs, qui sont essentiellement une métaphore de la célébration de la vie.

Il existe une variété de symboles et d’images que l’on peut trouver dans les tatouages de crânes qui sont importants pour les personnes qui en reçoivent un. Il est courant de voir des fleurs dans les crânes de Dia de los Muertos. Dans la culture occidentale, le crâne et les fleurs, tous deux symboles de la mort et de la vie, sont utilisés ensemble comme une métaphore de l’espoir et de l’amour. El Dia de los Muertos n’est pas seulement un jour où l’on rend hommage aux défunts, c’est aussi un jour où l’on célèbre la vie et où l’on oublie la peur de la mort.

Les Aztèques du Mexique pensaient que la vie sur Terre était un leurre et que la mort était une étape bénéfique vers un niveau de conscience supérieur…

Pour les Aztèques, les crânes étaient un bon emblème de la mort et de la renaissance.

Selon le folklore, le souci est une fleur des morts. Les fleurs et les toiles d’araignée sont utilisées pour signifier la vie et la mort, respectivement, dans cette œuvre d’art. Des bougies sont souvent placées à l’intérieur du cercle oculaire en signe de respect et de souvenir.

Ce qui vient à l’esprit des gens lorsqu’ils pensent à cette fête, ce sont les catrinas et les candélabres (bonbons en forme de crâne en sucre), les couleurs vives et les événements comme Halloween. La façon dont la mort est glorifiée au Mexique en choque encore plus d’un. Le jour des morts est véritablement une semaine de célébration joyeuse car les défunts peuvent retourner auprès de leurs parents et de leurs proches et participer aux festivités. Paz, l’auteur mexicain lauréat du prix Nobel, explique dans son livre Labyrinthe de la solitude.

En tant que Mexicain, vous avez plus de chances de vous trouver en train de plaisanter sur la mort, de la câliner, de dormir avec elle et même de la célébrer. Certes, il a le même niveau de peur que tout le monde, mais au moins il est prêt à affronter la mort de front, avec impatience, mépris ou sarcasme.

Le jour des morts, qui est honoré au Mexique depuis des centaines d’années avant l’arrivée du christianisme. Avant l’arrivée des Espagnols, les peuples indigènes d’Amérique centrale et latine observaient des journées commémoratives pour honorer les morts. Les Aztèques organisaient une célébration d’un mois en l’honneur de la déesse Mictecacihuatl, qui était la souveraine de l’au-delà, selon des sources anthropologiques.

Les missionnaires chrétiens ont déplacé la célébration de Samhain et de la Toussaint au mois d’octobre pour qu’elle corresponde au jour des âmes et à la Toussaint, les fêtes catholiques commémorant les morts. L’exploitation continue par les Occidentaux des symboles sacrés et de l’identité culturelle de ce système de croyance latino fortement ancré pourrait être jugée insultante.

Il existe autant de fêtes et d’événements différents au Mexique qu’il y a d’États et de localités où les célébrer. Selon le folklore, le 31 octobre, les portes du ciel s’ouvrent à minuit et tous les angelitos (enfants) sont rendus à leur famille pour 24 heures le 1er novembre, qui est connu sous le nom de Dia De Los Inocentes (jour de l’innocence). Dia De Los Muertos, ou Jour des Morts, est une fête mexicaine qui honore et rappelle la vie des adultes décédés.

Les cimetières sont nettoyés et des sanctuaires sont fabriqués à la maison ou sur les tombes des êtres chers. Il est de coutume au Mexique de préparer des ofrendas (offrandes) pour les défunts, qui comprennent des souvenirs personnels comme les repas et les jouets préférés.

Le 1er novembre, les enfants reçoivent des crânes en sucre, des pan de Muertos, des photos, des jouets et des boissons comme la horchata, l’eau et les boissons gazeuses. Pour les adultes, de la tequila ou du mescal peuvent être ajoutés aux autels le 2 novembre. Des crânes en sucre confit, des squelettes miniatures et une pléthore de bougies recouvrent les autels, ainsi que des fleurs sauvages de souci et de crête de coq.

De nombreuses familles mexicaines vivent encore dans la pauvreté et les revenus sont rares dans les régions rurales, ce qui rend ces vacances coûteuses pour elles. Ils pensent que les esprits heureux peuvent accorder bonne fortune, savoir et protection aux vivants, c’est pourquoi certains consacrent des mois de leur revenu à honorer leurs défunts.

Le 2 novembre, toute la famille se réunit au cimetière pour rendre hommage aux défunts. Les gens se rassemblent autour des tombes pour se souvenir et raconter des histoires sur leurs proches décédés. Pour les Mexicains, l’importance de la famille et de la communauté est telle qu’il s’agit d’une fête culturelle plutôt que religieuse, et ce rituel en fait partie intégrante.